Un Mouvement par Mois

Lundi 29 avril 2019

Aujourd’hui, journée internationale de la danse, j’ai pensé qu’il serait grand temps de vous présenter Move of the Month, la série de vidéos que j’ai lancée en février dernier.

Le concept est simple : le dernier dimanche de chaque mois, je publie la vidéo d’un mouvement que j’ai appris durant ce mois-là. En d’autres termes, la règle d’or que je me suis imposée est que, quelque soit le mouvement que je montre, il doit être nouveau pour moi. Vous trouverez donc sur cette chaine des mouvements que je n’avais jamais tentés, jamais vus ou jamais su comment exécuter jusque là.

Vous verrez plus bas que j’ai choisi un tour assez difficile comme mouvement du mois d’avril. Alors qu’il m’avait suffit d’une leçon pour apprendre les mouvements précédents, celui-ci est l’exemple parfait d’un processus d’apprentissage un peu plus long. L’ayant appris pendant la première semaine du mois, je l’ai filmé, pratiqué encore et encore, filmé à nouveau vendredi dernier et, bien que je me sois finalement décidée à le partager en vidéo, je ne le réussis toujours pas à tous les coups, loin s’en faut !

Move of the Month: April 2019 publié par Yanaëlle Thiran sur Vimeo.

Si vous lisez la description de la vidéo sur Vimeo, vous apprendrez que ce mois-ci, je me suis tirée du lit plus tôt que d’habitude pour aller prendre plusieurs cours au studio Rambert. C’est là que j’ai appris et filmé ce mouvement. Mes ami(e)s danseurs(-euses) basé(e)s à Londres savent qu’aller au cours à Rambert est un pari risqué, car ceux et celles d’entre nous qui n’arrivent pas à la gare de Waterloo tôt assez sont parfois dépités d’apprendre, une fois dans le hall d’entrée, que le cours du jour est complet et qu’ils ont fait le déplacement pour rien. Cela m’est arrivé une fois, il y a quelques semaines déjà, et j’ai décidé qu’on ne m’y reprendrais pas !

Mais revenons un peu plus en arrière. Où et comment l’idée de Move of the Month a-t-elle germé ? Une partie de la réponse se rapporte sans doute aux épisodes d’ “Une minute de danse par jour”, la série de vidéos que Nadia Vadori-Gauthier rallonge chaque jour sur sa chaine Vimeo, et que j’ai quelques fois regardée. Notez qu’elle en est aujourd’hui à sa 1567ème danse d’une minute !

Mon autre source d’inspiration pour ce projet est la chaine de micro-films de danse d’une durée de 30 secondes chacun, que mon amie Giulia Coti Zelati et sa collaboratrice Miranda Sheehy publient chaque jeudi depuis le mois de janvier, sous le nom de Tiny Dances. Le 30 mars dernier, ma Compagnie Concentrique a participé à leur entreprise. Le résultat, une version très écourtée de “Play On”, repensée pour la caméra, est en ligne depuis une dizaine de jours. Le voici rien que pour vous :

#30 – Play On publié par Tiny Dances sur Vimeo.

Pour en revenir à Move of the Month, je tiens à ajouter que cette chaine est dédiée à tous les artistes et amis grâce à qui je ne cesse jamais d’apprendre. Vous qui lisez ces lignes êtes bien sûr parmi eux. Alors si une technique, un cours de danse, un prof ou un mouvement en particulier vous vient à l’esprit, avec l’idée que je devrais ou pourrais l’essayer, n’hésitez pas à me le suggérer ! Pourquoi ne pas me laisser un commentaire plus bas, tant que vous êtes là ?

Vous le savez, je ne suis plus qu’à quelques pas, à quelques mois de l’obtention de mon Diplôme en Enseignement et Apprentissage de la Danse. Précisons d’emblée que l’écriture de ce titre à rallonge est un choix délibéré. Je peux vous assurer qu’avec l’expérience que j’ai accumulée au cours des 3 dernières années, je crois fermement qu’enseignement et apprentissage sont inextricablement liés. Je ne cesserai jamais d’apprendre de nouveaux mouvements, ni d’aller plus loin ou plus profondément dans le perfectionnement de ma connaissance de moi et de mon interprétation de l’art du mouvement humain. Pour le moment (et, je l’espère, pour une bonne partie de ma carrière), prendre et donner des cours de danse sont les deux activités qui occupent le plus clair de mon temps. Elles vont main dans la main et me permettent d’aller de l’avant, pas à pas et mois après mois, parfois lentement mais toujours sûrement.

En février, je partais du  principe que le Mouvement du Mois serait une preuve et un renforcement de ma volonté d’en apprendre toujours plus, et de suivre environ 10 cours pour danseurs professionnels chaque mois. Maintenant que j’ai édité et commenté les 3 premières vidéos de la série, je réalise que le partage de ces mouvements que j’apprends est en fait aussi un excellent moyen de les transmettre … comme le ferait une enseignante ! Avec l’aide d’un ralenti et d’une description minutieuse du mouvement choisi, je vise à donner à mon public électronique (et en particulier à mes collègues danseurs et danseuses) les meilleurs outils possibles pour pouvoir exécuter eux aussi le mouvement que j’ai appris et pratiqué dans le but de le filmer.

Au fond, apprendre pour moi, c’est entreprendre quelque chose pour les autres. Et transmettre ce que j’apprends, c’est ce vers quoi ma carrière tend. Alors, en avant ! Suivez-moi, car dorénavant, chaque mois, je vous apprendrai un nouveau mouvement.

Advertisements

Learning about dance teaching

For me, learning about dance teaching is like dance training itself: it’s a lifelong process.

Monday 6th November 2017

It’s been more than 2 months since I submitted the work plan and essays I had to write for the first unit of my Diploma in Dance Teaching and Learning. I’m still waiting for my marks. Still far from graduating as a dance teacher… And yet I already call myself one. Lately, I have been getting more efficient at lesson planning, more confident in meeting new colleagues, participants and teaching assistants, but sometimes also more firm and strict than I ever thought I would be. Teaching in primary schools isn’t just fun: it is also very, very challenging.

The next course days I will attend are scheduled in the spring 2018. So I try to keep reading, reflecting on my practice and accumulating as much practical experience as I can until then. I currently teach 5 dance classes a week, and I’m involved in 8 more sessions as a teaching assistant. This means interacting with children in primary school age and teenagers as well as toddlers and their carers. Social skills and behaviour management are equally important as dance knowledge, it seems.

Meanwhile, I’m busy with the creation of ‘Swapping Shadows’, which is very exciting! You will read all about it in future posts. Just watch this space for updates.

***

La vidéo ci-dessus vous permet d’en savoir plus sur la formation en Enseignement et Apprentissage de la Danse que je suis pour le moment au conservatoire Trinity Laban. Malheureusement, elle n’est ni traduite, ni sous-titrée ! N’hésitez pas à m’envoyer vos questions si la formation vous intrigue, vous intéresse, ou si vous voulez en savoir plus sur mon parcours de prof de danse en devenir. Promis, mon prochain article sera en français 🙂

Back to work

Friday 25th August 2017

Here I am, back in London, and back to business! This week,

  • I took professional dance classes with Amy Bell – which proved to be a great way of getting back into shape!
  • I turned into a bookworm, spending hours and hours at the Wellcome library each afternoon. Hard work was worth it: I met my goal for the week and finished all assignments required for Unit 1 of my Diploma in Dance Teaching and Learning!
  • I taught a couple of outdoor taster dance sessions for DanceWest. How nice to share my energy and teach in a park, for a change!

    Normand Park, London, 22/08/2017

    A summer location for creative dance sessions – Normand Park, London, 22/08/2017

It’s Friday night and I’m slightly sore, but very happy to have completed my academic work for the year.

Now it’s time enjoy the Bank Holiday weekend. I can already hear bands rehearsing for the Notting Hill Carnival … Exciting!

***

Vendredi 25 août 2017

Me revoilà à Londres, et me revoilà au travail ! Cette semaine,

  • j’ai pris des cours de danse professionnels avec Amy Bell – ce qui s’est révélé être un excellent moyen de me remettre en forme !
  • je me suis transformée en petit rat … de bibliothèque (et non de l’opéra ! Dommage que ce parallèle soit impossible à faire en anglais) en passant des heures et des heures en bibliothèque chaque après-midi. Ce dur labeur en valait la peine : j’ai atteint mon objectif de la semaine et terminé tous les travaux requis pour l’Unité 1 de mon Diplôme en Enseignement et Apprentissage de la Danse !
  • j’ai donné deux sessions d’essai de danse créative (en extérieur) pour DanceWest. Quel plaisir de partager mon énergie et de donner cours dans un parc, pour changer !

On est vendredi soir et je suis légèrement courbaturée, mais bien contente d’avoir enfin achevé le travail académique que je m’étais promis de faire cette année.

Maintenant, il est temps de profiter d’un long week-end, avec lundi férié (c’est “Bank Holiday” !) J’entends déjà des groupes de musique qui répètent pour le Carnaval de Notting Hill … ça promet 😀


In-ter-na-tio-nal

Samedi 29 avril 2017

J’espère que vous avez tous passé une excellente journée internationale de la danse ! I hope you all had an excellent international dance day

I spent this Saturday at Trinity Laban, taking the second step toward my Diploma in Dance Teaching and Learning … And guess what? Ho incontrato una collega italiana! Il mondo della danza è piccolo. And yet it is full of country-specific rules and laws. J’en sais maintenant plus sur la législation britannique que sur les lois belges concernant ma profession.

In-ter-na-tio-nal, vous dis-je. C’est la danse … Et c’est l’avenir. Vous ne croyez pas ?

L’approche du Conservatoire Laban (Faculté de Danse), 29/04/2017

***

Saturday 29th April 2017

J’ai passé ce samedi à Trinity Laban, à entreprendre la deuxième étape de mon Diplôme en Enseignement et Apprentissage de la Danse … Et devinez quoi ? I met an Italian colleague! The dance world is small. Pourtant, il est plein de règles et de lois spécifiques à un pays. I now know more about British legislation than about Belgian laws concerning my profession.

In-ter-na-tio-nal, I said. That’s dance … And that’s the future. Don’t you think?


Manifeste pour l’Art d’Être

Jeudi 24 novembre 2016, studio de danse Siobhan Davies.

Session d’écriture créative. Tâche n°2 : écrivez votre manifeste. Vous avez 15 minutes.

Mon métier et mon art, c’est vivre.

(MONTAIGNE)

***

Je refuse de me produire. Je vais être.

Si la performance de mes tâches et interactions quotidiennes pouvait être aussi finement et consciencieusement exécutée que ma meilleure danse, je le ferais, certainement.

Mais qu’est-ce que la création, qu’est-ce que le changement, qu’est-ce que le progrès si ces choses ne sont pas soutenues, nourries jour après jour ?

Ce qui est transmis sur scène ou encensé dans le studio devrait aussi faire partie de la vie des gens en dehors de ces contextes particuliers.

Être généreuse sur scène et égoïste en rue ? Aspirer à la perfection technique et en oublier l’éthique, ou les considérations les plus basiques ?

Franchement, non. [En français dans le texte]

Éteins les projecteurs. Bouges-tu toujours de la même façon ? Ou as-tu tout à coup perdu ton costume de danseuse ?


Inspiré par

MANIFESTO

FOR MAINTENANCE ART 1969!

Proposal for an exhibition “CARE”

MIERLE LADERMAN UKELES

***

Thursday 24th November 2016, Siobhan Davies Dance studio.

Creative writing session. Task no. 2: write your own manifesto in 15 minutes. The original, English version of this post if available here.

Innovations de novembre

Ce mois-ci, je suis lancée dans 3 projets chorégraphiques différents au Conservatoire Laban. Plusieurs étudiants du Master en Chorégraphie m’avaient invitée à danser dans leurs projets suite à l’audition du 11 octobre. J’ai donc choisi de travailler avec Irene, Bakani et Alice. Chacun d’eux doit présenter un travail en cours les 1er et 2 décembre. Ils n’ont droit qu’à 10 minutes de chorégraphie, mais cela demande déjà un bon nombre d’heures de répétitions ! Présentations.


Irene FIORDILINO

Irene est sicilienne. Elle a étudié la danse à Rome et participé à la Biennale de Venise cet été, ce qui nous a permis de nous rencontrer !

Rehearsal with Irene at Trinity Laban. 03/11:2016

Rehearsal with Irene at Trinity Laban. 03/11/2016

Son travail chorégraphique, fidèle à celui d’Adriana Borriello, nous fait jouer sur les accélérations, décélérations et accents rythmiques. L’écoute des autres et la musicalité sont donc clés ! A mes côtés dans ce projet : Aline, Melissa, Sofia, Robbie et Edoardo.

Bakani PICK-UP

Un passionné du mouvement avec qui on ne fait pas d’économies d’énergie ! Qu’il soit 17 ou 20h quand on répète, Bakani nous fait bien bouger, sans discontinuer.

Rehearsal with Bakani at Trinity Laban. 11/11/2016

Rehearsal with Bakani at Trinity Laban. 11/11/2016

Son approche, très physique, pourrait se décrire par des expressions comme “le feu de l’action”. On se jette du sol au plafond, ça tourne, ça roule toujours plus vite, on est à fond. Et quand je regarde les danseurs qu’il a choisis, ces 4 garçons avec nous, les 4 filles … waow. Je ne peux pas m’en empêcher : je suis fière de danser à leurs côtés.

ALICE WEBER

Australienne, formée en danse classique, Alice est établie à Londres depuis quelques années et y développe ses propres projets.

A travers le mouvement dansé, elle s’interroge sur l’objectivité et la subjectivité du corps : corps-objet qui se moule dans des formes prédéfinies ; corps-sujet qui bouge pour exprimer son ressenti.

Hier soir, je suis allée voir l’une de ses pièces, “Pomodoro”, au festival Emerge. Une performance à la fois drôle et sophistiquée qui aura marqué la scène :

'Pomodoro' by Alice Weber. The Space, London, 18/11/2016

‘Pomodoro’ by Alice Weber. The Space, London, 18/11/2016

***

This month, I got into 3 different choreographic projects at Trinity Laban. Following the audition I took in October, several MA Choreography students had invited me to dance in their projects. I chose to work with Irene, Bakani and Alice. Each of them has to present a work in progress on the 1st and 2nd of December. They can only show 10 minutes of choreography, but this already requires many rehearsal hours! Introductions.


Irene FIORDILINO

Irene is Sicilian. She studied dance in Roma and took part in the Venice Biennale this summer – that is how we met!

Rehearsal with Irene at Trinity Laban. 03/11/2016

Rehearsal with Irene at Trinity Laban. 03/11/2016

Her choreographic work, just like Adriana Borriello’s, makes us play on accelerations, decelerations and rhythmic accents. Musicality and listening to others are thus key in the process! Aline, Melissa, Sofia, Robbie and Edoardo are together with me in this project.

Bakani PICK-UP

A movement enthusiast who doesn’t allow for energy savings! Be it 5 or 8pm when we rehears, Bakani makes us move fully and constantly.

Rehearsal with Bakani at Trinity Laban. 11/11/2016

Rehearsal with Bakani at Trinity Laban. 11/11/2016

His very physical approach could be described with expressions such as ‘the heat of the moment’. We throw ourselves from floor to ceiling, we turn, we roll, faster and faster, we’re caught up in it. And when I look at the other dancers he chose, these 4 guys with us the 4 girls … waow. I can’t help being proud of dancing by their sides.

ALICE WEBER

Australian, trained in classical ballet, Alice has been based in London for a couple of years and develops her own projects here.

Through danced movements, she questions objectivity and subjectivity in the body: the body as an object that molds into predefined shapes; and the body as a subject which moves to express its feelings.

Last night, I saw one of her pieces, ‘Pomodoro’, at the Emerge Festival. It was a funny and witty performance, which made its mark on the stage:

'Pomodoro' by Alice Weber. The Space, London, 18/11/2016

‘Pomodoro’ by Alice Weber. The Space, London, 18/11/2016

“Corpo Poetico”

Voici un tout nouveau documentaire vidéo sur l’atelier de danse/théâtre “Corpo Poetico” auquel j’ai participé cette année à Bologne. L’objectif ? Intégrer des personnes handicapées à un processus de création et d’échanges basés sur le mouvement.

Cette vidéo offre un aperçu des répétitions pour “4 Studi”, la pièce que nous avons créée et présentée à la fin du séminaire. Vous y découvrirez les tout premiers extraits du spectacle final ainsi que les interviews des animateurs, Anna Albertarelli et Roberto Penzo, et de plusieurs participants au projet. Vous remarquerez que notre groupe était fort hétéroclite au niveau des âges et de la motricité de chacun. Plusieurs personnes intéressées par le projet, dont 4 en chaise roulante, se sont jointes à nous (les 15 danseurs de Dance Start Up VI) une fois par semaine pendant 3 mois pour aboutir à ce spectacle.

Au fil des rencontres, j’ai réalisé que la danse pouvait vraiment rapprocher les gens et leur faire du bien en créant des liens humains puissants et en valorisant leurs capacités physiques, quelles qu’elles soient. Un programme aussi enrichissant nous a évidemment demandé de faire face à des difficultés et à des incompréhensions. Beaucoup d’entre nous avaient du mal à utiliser l’italien comme langue de travail, mais nous leur traduisions les consignes données et faisions notre possible pour que chacun se sente inclus dans le processus – une mission délicate, mais essentielle.

***

Here is a brand new video documentary on ‘Corpo Poetico’, the dance theatre seminar I was involved in earlier this year, in Bologna. Its goal was to integrate disabled into a creative process, and into exchanges based on movement.

The video above offers a glimpse of rehearsals for “4 Studi”, the piece we created and performed at the end of the seminar. You will discover the very first excerpts from the final show as well as interviews of the facilitators, Anna Albertarelli and Roberto Penzo, and several participants to the projects. You might notice that our group was pretty diverse in terms of ages and motor skills. A few people that were interested in the project, including 4 in a wheelchair, came together with us (the 15 dancers of Dance Start Up VI) once a week for 3 months to end up on this show.

As meetings went by, I realized that dance could really bring people together and do them good by establishing strong human connections and bringing out their individual physical abilities, whatever they may be. Such an enriching programme obviously demanded that we cope with difficulties and misunderstandings. Many of us struggled to use Italian as working language, but we translated instructions and did all we could to make everybody feel included in the process – a delicate, but essential mission.

***
Grazie a Leggere Strutture, Anna, Roberto e tutto il gruppo 🙂